Depuis Ivry, Balyo robotise la manutention

Date de publication : 6 juin 2019

Spécialisée dans la robotisation des chariots de manutention, l’entreprise Balyo, dont le siège se situe à Ivry-sur-Seine, accumule les succès. Dernier en date et non des moindres, un partenariat signé en début d’année avec le géant américain du commerce en ligne Amazon.

Pour Balyo, tous les feux sont au vert. L’entreprise fondée en 2005 par deux jeunes ingénieurs passionnés de robotique affiche pour 2018 un chiffre d’affaires de 23,3 millions d’Euros, en progression de 42% sur un an. Bien au-delà de la croissance de son secteur, déjà de l’ordre de 7 à 8%. Le partenariat signé avec Amazon en janvier va encore booster l’entreprise ivryenne, cotée en bourse depuis juin 2017 et déjà implantée en Amérique et en Asie, et renforcer la crédibilité de sa technologie « Driven by Balyo », solution de robotisation des chariots de manutention.

Cette technologie a demandé 10 années de recherche et de développement. « Elle permet de créer des machines autonomes et adaptées pour gérer les mouvements de palettes, présente Fabien Bardinet, PDG de Balyo. Nous ne produisons pas de chariots de manutention. Nous écrivons des programmes informatiques et nous intégrons notre système sur des chariots produits par d’autres. » Dès lors, ils deviennent capables de se déplacer sans conducteur, d’approvisionner et d’évacuer des lignes de production, de gerber à petite et grande hauteur, de lire des codes barres etc…

La solution, qui peut être installée (et désactivée à l’envie) sur tout chariot de manutention, est d’autant plus appréciée qu’elle est « très simple à utiliser et à déployer », assure Fabien Bardinet. Raison pour laquelle les leaders européen (Fenwick-Linde Material Handling) et américain (Hyster-Yale Group) de la manutention ont chacun signé un partenariat avec l’entreprise française, respectivement en 2015 et 2016.

Quid de l’humain dans tout ça ? « La robotique doit permettre de travailler moins pour gagner plus, répète le PDG de Balyo. Elle doit aussi permettre de transférer des tâches simples et laborieuses vers les machines, et de redéployer l’Homme vers des tâches plus gratifiantes. »

Aujourd’hui, Balyo emploie environ 220 personnes, pour beaucoup ingénieurs en informatique et robotique. Sans avoir abandonné ses anciens locaux de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), l’entreprise a implanté son siège en janvier 2018 à Ivry-sur-Seine, où elle dispose de 3 000 m2, notamment « pour augmenter notre activité », explique Fabien Bardinet. Pari gagnant.