Des cordistes du territoire interviennent à Notre-Dame

Date de publication : 23 mai 2019

Mi-avril, un incendie ravageait la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris et sa charpente séculaire. Après le sinistre, les équipes du groupe Jarnias, implanté à L’Haÿ-les-Roses et spécialisé dans les travaux en hauteur, ont été dépêchées sur place afin de sécuriser et protéger les lieux.

 

« Pour Notre-Dame, il a fallu répondre très vite au besoin. Nous avons donc laissé en suspens d’autres chantiers sur lesquels nous travaillions pour intervenir en urgence absolue », décrit Jean-Paul Jarnias, 59 ans, Président du groupe Jarnias. Dès les jours qui ont suivi l’incendie des 15 et 16 avril, le groupe a envoyé 35 personnes à la cathédrale. Aujourd’hui encore, entre 10 et 15 salariés y travaillent quotidiennement. Ces équipes ont eu à poser un filet de sécurité, une charpente et une bâche de protection de 600 m2 temporaires. Des tâches réalisées en partie par des cordistes, suspendus à plusieurs dizaines de mètres du sol pour travailler. « Il ne fallait pas que les voûtes brûlées aient à supporter une quantité d’eau supplémentaire, or la pluie arrivait. Il fallait aussi récupérer des morceaux de charpente qui risquaient de tomber, explique Jean-Paul Jarnias. C’est un travail très précis, d’autant que chaque élément doit ensuite être analysé par des enquêteurs pour déterminer les causes de l’incendie. »

 

Des falaises aux édifices

Le Château de Versailles, le Panthéon, le musée d’Orsay, La Défense, Le Grand Palais… Depuis 26 ans, les équipes du groupe Jarnias interviennent régulièrement sur des bâtiments prestigieux. En Ile-de-France comme en régions. Et, à l’occasion, à l’étranger : « Nous avons travaillé sur un chantier extraordinaire, la sauvegarde de la Basilique Sainte-Anne, à Brazzaville, au Congo. Elle avait été endommagée par la guerre civile. Nous avons formé des dizaines de personnes sur place. Le chantier a duré 10 ans », expose Jean-Paul Jarnias.

À l’origine, lui était guide de haute montagne et organisateur de séminaires. À la demande d’un client, il avait en 1993 habillé la Tour Eiffel d’une bâche de 4 500 m2 représentant la fusée Ariane-5. Un défi relevé à la corde avec une quarantaine d’autres guides. La société créée pour l’occasion a perduré et s’est développée. Le groupe est implanté en Ile-de-France, à L’Haÿ-les-Roses, et en Savoie, où se trouve son siège. Spécialisé dans les interventions en hauteur – travaux, protection, pose de système d’évacuation d’eaux pluviales – et les formations inhérentes, il emploie environ 50 salariés, dont une trentaine de cordistes. Selon qu’ils travaillent en haute montagne ou pour l’industrie, ils possèdent outre la corde diverses compétences issues des métiers du bâtiment.

 

Un métier à risque ?

Evoluer sur corde dans le monde du travail est très différent de l’alpinisme. « Si, dans tous les cas, la sécurité est fondamentale, on n’est pas dans le sport où il y a un risque assumé. Là, il faut respecter le code du travail, résume Jean-Paul Jarnias. Nous avons d’ailleurs été la première entreprise à imposer la double corde de sécurité, devenue obligatoire. Si le métier est spectaculaire, les accidents sur corde sont extrêmement rares. Lorsque ça arrive, ils sont dûs à une mauvaise organisation des chantiers : à des problèmes de procédure, à des négligences. La plupart du danger vient en fait de la co-activité sur un chantier. La profession réfléchit beaucoup à ces questions. Pour chaque chantier, il y a toujours une vraie analyse de risque qui est faite, par notre référent Technicien en Organisation de Travaux sur Cordes notamment, pour assurer le maximum de sécurité aux équipes. »

Et le Président du groupe Jarnias de souligner : « La corde est un moyen. Au final, seulement 20% de notre travail est effectué par corde. Dès que nous le pouvons, nous utilisons une nacelle. On travaille mieux de cette façon : c’est moins fatiguant, c’est aussi plus sécurisant et en accord avec le code du travail, même si des cordistes râlent parfois parce qu’ils préfèrent la corde… »

 

 

Groupe Jarnias :

15-16 rue des Marronniers – 92240 L’Haÿ-les-Roses

www.jarnias.fr

 

D’autres cordistes sur le territoire…

Colibri :

57 avenue Vladimir Ilitch Lénine

94110 Arcueil

https://www.colibri-cordiste.fr/

 

Solution Corde :

8 rue Pierre Rigaud – 94200 IVRY SUR SEINE

http://www.solutioncorde.fr/l-entreprise

 

Alti 77 :
6-8 rue Henri Kleynhoff – 94250 Gentilly

http://www.alti77.fr/