Économie circulaire : Recommerce impose sa marque et son style

Date de publication : 17 mai 2018

Implanté à Gentilly, Recommerce Group annonçait le 6 février une levée de fonds de 50 millions d’euros. Une opération historique pour cette ancienne start-up pionnière du smartphone reconditionné et des services autour de la seconde vie mobile, dont l’histoire a commencé dans l’incubateur IMT Starter d’Arcueil.

 

Depuis sa fondation en 2009, tout est allé très vite pour Recommerce. Experte de la reprise, du reconditionnement, et de la revente de smartphones, la start-up modèle de l’économie circulaire a surfé sur un marché dont la croissance dépasse 20% par an dans le monde (et +48% prévus entre 2017 et 2022). Devenu groupe, Recommerce est implanté à Gentilly (maison-mère au 54 avenue Lénine), en Suisse et en Espagne. Il compte 74 collaborateurs (emplois directs), plus de 120 techniciens et environ 1000 vendeurs (emplois indirects). Surtout distribués en Europe, ses produits reconditionnés le sont aussi en Asie, en Afrique, et en Amérique du Nord. Sa récente levée de fonds présage le meilleur. « Ces 50 millions d’euros levés essentiellement auprès de Capzanine et Creadev vont nous permettre d’atteindre nos ambitions : intégrer le rachat dans les boutiques, consolider notre marque, continuer à innover, à nous déployer à l’international, à investir dans les technologies, et à nous développer sur d’autres types de services », expose Benoît Varin, l’un des 4 co-fondateurs désormais Secrétaire général de Recommerce Group.

 

Au commencement, un incubateur

Déjà, le groupe propose un service de location aux professionnels. Et il entend devenir leader sur le marché européen du smartphone reconditionné. Que de chemin parcouru… Il y a 10 ans, les étudiants de Télécom École de Management Benoît Varin et Pierre-Etienne Roinat (co-fondateur et Président du directoire de Recommerce Group) intégraient pour 18 mois l’IMT Starter. « Cet incubateur est rattaché aux écoles d’ingénierie et télécom d’Evry. Depuis son arrivée à Arcueil, il reçoit une subvention annuelle du Territoire, autrefois Val de Bièvre, aujourd’hui Grand-Orly Seine Bièvre », précise Nicolas Muczynski, chef de projet Innovation et Filière numérique pour l’EPT. « L’incubation nous a permis de travailler avec des coachs très performants. Cela nous a aidé à structurer notre business plan et à être mis en relation avec d’autres entreprises ou avec des partenaires potentiels. Nous avons bénéficié d’un bon réseau, c’est indispensable pour une entreprise qui se crée », décrit de son côté Benoît Varin.

 

Accompagnements et réciprocités

Dans la foulée, la start-up s’installait à Gentilly. Elle y est restée après déménagement. « Nous sommes très contents d’être ici. Nous avons été très bien reçus par les élus et pas mal accompagnés par l’Agence de Développement et le Territoire pour nos déménagements notamment. Nous le sommes encore par Appui RH Grand-Orly Seine Bièvre », explique Benoît Varin. Lui qui encourage à « innover dans le développement durable et les technologies, pour mieux préserver les ressources de la planète » souligne que Recommerce « participe régulièrement à des manifestations concernant l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage. » C’est un engagement, comme celui auprès des start-up. Les anciens d’IMT Starter restent connectés au réseau et reçoivent autour d’un café quand le temps le leur permet. L’un d’eux a même coaché à son tour. Recommerce Group accueille enfin 4 start-up dans ses locaux : « Mutualiser les espaces permet à tout le monde d’avoir plus grand. Ça permet aussi d’entretenir notre esprit start-up », note Benoît Varin. « Recommerce illustre parfaitement l’intérêt pour la collectivité de soutenir la création d’entreprises et l’innovation, notamment par des équipements économiques – incubateurs, pépinières, hôtels – qui les aident à se lancer et/ou les hébergent », conclut Nicolas Muczynski.