Économie Sociale et Solidaire : 9 nouveaux projets soutenus

Date de publication : 22 novembre 2018

En juin dernier, l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre avait lancé via sa Mission Économie Sociale et Solidaire un appel à projets afin de soutenir des initiatives locales. Si la remise officielle des prix aura lieu le 20 décembre lors des Assises du Développement économique, découvrez sans plus attendre les 9 projets lauréats.

Au total, 26 structures ont répondu à l’appel à projets Économie Sociale et Solidaire (ESS) entre juin et mi-septembre. Un comité lecture puis un jury de sélection présidé par Nathalie Lallier, Vice-Présidente de l’EPT déléguée à l’ESS, ont durant l’automne retenu 9 d’entre elles. Chacune s’est vue accorder un montant sur l’enveloppe globale de 40 000 € définie pour cet appel à projets.
Celui-ci visait à soutenir le démarrage d’activités inclusives, solidaires et durables intégrant la création d’emplois, le développement ou la consolidation d’activités ESS, et la coopération économique et/ou la mutualisation entre plusieurs structures ou entreprises de l’ESS (au-delà de la simple mise en réseau).
Pour opérer sa sélection, le jury a pris en compte des critères tels que l’utilité sociétale et/ou environnementale des projets, leur ancrage territorial, leur viabilité économique et dynamique collective, ou encore la création et/ou la consolidation d’emplois pérennes. Le caractère socialement innovant des produits ou services proposés, l’implication des habitants issus de quartiers en politique de la ville et la dimension intercommunale (2 villes minimum) du projet et son rayonnement sur le territoire ont aussi été déterminants pour sélectionner ces 9 lauréats :

– L’association Approche (structure d’insertion par l’activité économique) se voit accorder un montant de 5 000 Euros pour son projet de création d’une Ressourcerie à Orly dès 2019. Celui-ci répond à plusieurs enjeux importants pour le Territoire : la réduction des déchets par le réemploi et l’insertion professionnelle des publics en situation de précarité. 9 emplois seront ainsi créés dont 6 à destination de personnes qui en sont éloignées.

– La Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) Cité Phares se voit accorder un montant de 2 000 Euros pour son projet de création d’une coopérative éphémère de jeunesse à Viry-Châtillon. Il s’agit d’accompagner durant 4 mois une quinzaine de jeunes, prioritairement issus de quartiers en politique de la ville, dans la création de cette coopérative éphémère pour le développement de services de proximité. Ces jeunes seront rémunérés durant toute la période dans le cadre d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE).

– La Cyclofficine se voit accorder un montant de 5 000 Euros pour son projet de coopération avec la recyclerie La Pagaille à Ivry-sur-Seine. Cette coopération entre deux structures du réemploi a pour objectifs la montée en compétences des salariés en insertion dans le domaine de la mécanique vélo, l’augmentation du nombre de vélos remis en état et vendus (à prix solidaire), le développement du réemploi, et la diminution du volume et des coûts de traitement des déchets supportés par les collectivités.

– La Ressourcerie du Spectacle se voit accorder un montant de 7 000 Euros pour son projet de création et structuration d’un tiers-lieu coopératif de la Culture et du Réemploi à Vitry-sur-Seine. Baptisé le CRAPO (Centre de Réemploi Artistique, Participatif et Ouvert), ce tiers-lieu doit prendre la forme d’une SCIC et deviendra indépendant de la Ressourcerie du Spectacle à laquelle il est adossé. Il favorisera la mutualisation de moyens humains et matériels entre les 15 structures actuellement hébergées sur site (14 Avenue du Président Salvador Allende, Vitry-sur-Seine).

– L’association Passeurs de temps se voit accorder un montant de 2 000 Euros pour son projet de création d’une Accorderie au sein du quartier en politique de la ville Cité-Jardins à Cachan. L’objectif de l’Accorderie est de lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités entre personnes d’âges, de classes sociales, de nationalités et de sexes différents. Une centaine d’Accordeurs ont déjà été identifiés pour participer au projet et l’agrément auprès du Réseau des Accorderies de France (RAF) est en cours d’obtention. Un salarié en contrat aidé sera recruté à temps partiel et formé par le RAF.

– L’association Majesty se voit accorder un montant de 5 000 Euros pour son projet de soutien et développement d’initiatives économiques d’utilité sociale à destination des usagers de l’épicerie solidaire à Villeneuve-Saint-Georges. Il s’agit par exemple de la mise en place d’ateliers d’utilité sociale (ex : atelier bricolage, garage solidaire, etc.) animés par des porteurs de projets de l’ESS.

– L’association Ohé Services se voit accorder un montant de 4 000 Euros pour son projet de consolidation de l’activité chantier d’insertion (ACI) « Production de plateau repas à destination des personnes âgées et en situation de handicap » à L’Haÿ-Les-Roses. L’association a fait le choix d’internaliser la production des plateaux-repas réalisés jusqu’alors par un prestataire extérieur. Ce repositionnement devrait permettre de dynamiser et d’accroître son activité ainsi que la création de 2 postes en insertion, et contribuer à la montée en compétences des salariés dans les métiers de la restauration et de la logistique.

– L’association Profession Sport et Loisirs se voit accorder un montant de 5 000 Euros pour son projet d’implantation d’une antenne sur le territoire (probablement à Gentilly) afin de renforcer sa présence dans le Val-de-Marne. Ce projet prévoit la création de 6 ou 7 Equivalents Temps Plein en 2019 et l’adhésion de 22 structures locales.

– L’association Re-Bondir se voit accorder un montant de 5 000 Euros pour son projet de création d’une activité chantier d’insertion (ACI) pour la remise en peinture de logements sociaux à Choisy-Le-Roi. L’association a récemment ouvert une Bricothèque dans le quartier en politique de la ville des Navigateurs. Elle souhaite y étoffer ses services par des prestations de remise en peinture dans le cadre d’une démarche d’insertion professionnelle (chantiers jeunes ou dispositif d’insertion par l’économique), et sous réserve d’un agrément de la Direccte. L’objectif est de proposer ce type de prestation à des bailleurs (un partenariat est amorcé avec Valophis Habitat) pour augmenter le nombre de chantiers. 3 CDI pourraient ainsi être consolidés au sein de l’association.