ESI 1^3 : un nouvel incubateur sur le territoire

Implantée à Arcueil, l’École Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction vient de créer son propre incubateur dédié à la Smart Construction. Ouvert au public non issu de l’école, ce nouveau tiers-lieu sur le territoire accompagne pour sa première année 4 projets innovants.

L’ESI 13 est lancé. Sa première rentrée s’est concrétisée le 8 octobre. Cet incubateur privé est implanté sur le site arcueillais de l’École Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction (ESITC, avenue Aristide Briand – Arcueil). Il entend accompagner les projets de création d’entreprises innovantes dans le domaine de la Smart Construction, soit l’application du numérique à la construction. « Les évolutions numériques ont un impact énorme sur notre métier. La Smart Construction couvre aussi bien les objets et services connectés, la domotique, l’information en matière de travaux, que le travail sur le terrain : des exo-squelettes permettant de porter des charges très lourdes sont par exemple en phase de prototypage… Il y a des perspectives immenses en termes de recherche, de développement et d’innovation », explique Emmanuel Natchitz, directeur du développement de l’ESITC.

 

Incubateur ouvert

« Plus il y a de mixité, plus le public de l’incubateur est hétérogène, mieux c’est », loue Emmanuel Natchitz. Pour l’heure, l’ESI 13 accueille pour 12 mois 4 projets touchant à la domotique, au big data, ou à la réhabilitation thermique de bâtiments. Tous sont portés par des personnes extérieures à l’école, issues des métiers de la construction et en reconversion professionnelle. Le programme d’incubation de l’ESI 13 leur garantit hébergement et équipement, conseil et coaching, formations dispensées par des partenaires de l’école, professionnels de divers domaines… « Les 6 premiers mois concernent surtout l’élaboration du projet, les 6 mois suivants, le développement de l’entreprise », précise Emmanuel Natchitz. L’incubateur est à la fois une plus-value pour l’école et ses étudiants qui, « formés en mode projets » et encouragés à l’entrepreneuriat comme à l’innovation, pourront se confronter à la réalité professionnelle comme à d’autres acteurs, avant de, peut-être, le rejoindre à leur tour…

 

Nouveau tiers-lieu sur le territoire

« Cet incubateur a été implanté ici plutôt qu’à notre pôle de Metz car c’était notre idée, à l’ESITC d’Arcueil. C’était aussi intéressant car ce territoire est très dynamique économiquement, notamment en matière de construction avec le Grand Paris Express, etc. », décrit Emmanuel Natchitz. Aux côtés d’autres incubateurs d’écoles (IMT Starter, Efrei Entrepreneurs) et des équipements économiques de l’EPT proposant hébergements et accompagnements au sortir de périodes d’incubation(La Fabrique, Centre de l’entrepreneuriat…), l’ESI 13 est une nouvelle offre en terme de tiers-lieu et de projets sur le territoire de Grand-Orly Seine Bièvre. S’il esquisse peut-être une prochaine activité stratégique avec le futur Éco-Campus du domaine Chérioux (Vitry-sur-Seine), il confirme surtout Grand-Orly Seine Bièvre comme un territoire où il fait bon innover. Nicolas Muczynski, chef de projet Innovation-Filière numérique pour l’EPT, acquiesce : « Nous avons les équipements et la capacité permettant de bien accueillir les start-up. L’enjeu est désormais de réussir à les conserver sur le territoire après incubation et autres accompagnements car leurs créateurs sont souvent attirés par Paris. Nous devons travailler en lien avec l’ensemble des partenaires de l’EPT sur les parcours résidentiels afin d’accompagner l’émergence d’une offre toujours plus attractive qui réponde aux besoins des créateurs d’entreprises sur le long terme. »