Innovation sociale et réemploi : l’association Rejoué récompensée

Date de publication : 2 mars 2018

Spécialisée dans le réemploi des jouets, l’association et chantier d’insertion Rejoué a emménagé il y a quelques mois sur le territoire de Grand-Orly Seine Bièvre, à Vitry-sur-Seine. Modèle de l’économie sociale et solidaire, elle est lauréate 2017 du concours national lancé par la Fondation La France s’engage.

Quelle année ! L’été 2017, l’association à but non lucratif Rejoué installait son atelier au 20 avenue de l’Abbé Roger Derry, à Vitry-sur-Seine. Cet ancien centre de tri postal de 2000 m2 lui permettait de tripler de volume. « Nous avons été très bien accueillis », précise Claire Tournefier-Droual, sa fondatrice et directrice du développement. Dans la foulée, la municipalité vitriote lui prêtait un local, utilisé du 15 novembre 2017 au 27 janvier 2018 comme boutique éphémère.

En décembre 2017, l’association était distinguée par la Fondation La France s’engage. À la clé : un accompagnement de 3 ans et une subvention de 250 000 €.

« C’est une juste récompense pour Rejoué. Son chantier d’insertion par la revalorisation de jouets est exemplaire en termes d’impact social, environnemental, et d’économie circulaire. Sa présence est un atout pour le territoire », estime Stéphanie Bardon, cheffe de mission ESS pour Grand-Orly Seine Bièvre. D’autant que Rejoué figure également parmi les 10 lauréats retenus par le Conseil départemental du Val-de-Marne au titre de l’appel à projets ESS pour l’année 2017.

Rejoué en chiffres

En 2016, Rejoué a collecté 33 tonnes de jouets usagés. En moyenne, la moitié sont rénovés ; les autres, comme les piles, etc., sont envoyés vers des filières de recyclage agréées. La même année, Rejoué a revendu 26 000 jouets, en général de 30 à 50% du prix du neuf. Et compte peu d’invendus.

À travers son activité – collecte, tri, valorisation, contrôle qualité, et vente de jouets -, l’association forme aux métiers du transport, de la manutention, du service à la personne, du commerce… Depuis sa création en 2012, elle a accompagné environ 90 personnes dans un parcours d’insertion personnalisé. Ces salariés restent en moyenne 15 mois, 24 maximum. 50% d’entre eux trouvent un emploi durable à la sortie. L’association, qui accueille aussi des bénévoles, vient pour la première fois de « recruter 8 Val-de-Marnais », souligne Claire Tournefier-Droual.

Perspectives d’avenir

Jusqu’à fin février 2018, Rejoué dispose d’une boutique éphémère à Paris (Galerie Gaîté, avenue du Maine). Et cherche un local pérenne, avec l’aide de la municipalité vitriote, sur le territoire. Il ferait office de vitrine. Mais l’association est surtout en quête de partenaires et financements. « Nous sommes engagés dans une stratégie de changement d’échelle. L’idée est de devenir grossiste en jouets de qualité, de seconde main. Ça marche : notre expérience a montré qu’il y a une volonté d’acheter du consommateur. Nous devons maintenant trouver des distributeurs qui veulent vendre nos jouets », explique Claire Tournefier-Droual.

Rejoué propose ainsi aux commerçants de créer un corner dans leur boutique. Et souhaiterait vendre ses jouets aux côtés de neufs dans des chaînes de magasins. La fondatrice, elle, a été nommée « ambassadeur de l’économie circulaire » à la rentrée dernière. Avec quelques autres, elle planche sur une feuille de route qui sera rendue en mars. « L’intérêt est de montrer que l’économie circulaire et le marché de seconde main ont de l’avenir, que ça peut s’intégrer dans le quotidien des Français. »