Ecologie, Environnement

Sud Paris Soleil installe des panneaux solaires sur le toit d’une école

Début mai, plus de 600 m2 de panneaux solaires ont été installés sur le toit de l’école La Plaine, à Cachan. Cette opération est l’oeuvre de la coopérative citoyenne Sud Paris Soleil, dont l’objectif est de développer les énergies renouvelables et des actions pédagogiques dans le sud francilien.

Publié le

La pose des panneaux solaires a eu lieu du 4 au 18 mai 2020. Environ 630 m2 ont été installés sur le toit de l’école primaire La Plaine à Cachan. Ils permettront de produire "environ 100 000 kWh par an,  soit à peu près les deux tiers de la consommation électrique annuelle de l’école", précise Christine Blondel, membre du Conseil de gestion de Sud Paris Soleil.

Cette opération est la première réalisée par la SCIC Sud Paris Soleil, qui a été succédé en 2019 à l’association Cachan Soleil et fait partie du réseau de coopératives citoyennes d’énergie renouvelable animé par Energie partagée. Le coût de l’installation, environ 110 000 euros, a été financé par les sociétaires de la coopérative et par une subvention de la Région Ile-de-France. La SCIC bénéficie également des soutiens du Département du Val-de-Marne et des communes de Cachan et d’Arcueil.

A l’heure actuelle, le raccordement au réseau reste à faire. "Ça va prendre quelques mois. Nous espérons qu’Enedis le fera cet automne, explique Christine Blondel. A terme, l’électricité produite par ces panneaux solaires sera vendue à Enercoop. En pratique, elle sera  consommée au plus près, par l’école La Plaine et par les immeubles alentours. Cela permet donc des économies d’énergie, puisqu’il n’y aura pas de perte due au transport de l’électricité, et c’est le début d’une forme de résilience énergétique."

Si la lutte contre le dérèglement climatique, à travers le développement des énergies renouvelables, reste son objectif premier, Sud Paris Soleil entend aussi sensibiliser aux économies d’énergie. La coopérative agit en partenariat avec l’association La Bouilloire, qui mène des actions éducatives auprès des écoliers. Elle intervient aussi auprès des collectivités locales et développe, avec d’autres structures citoyennes, des outils pédagogiques autour de la transition énergétique.

Ce projet a été réalisé dans le cadre du Contrat de Transition Ecologique (CTE) de Grand-Orly Seine Bièvre, signé en février 2020, et qui comprend trois fils rouges : le soutien et développement des filières d’énergie renouvelable et de récupération, la mobilité durable, la logistique durable. Un contrat dont le but est d’accompagner la réalisation d’actions concrètes contribuant à la mutation écologique et économique du territoire, ainsi que de constituer un réseau de collectivités en transition qui font la preuve de leur engagement écologique et jouent le rôle de démonstrateurs.

« Je suis convaincu de l’intérêt de ce type d’action qui apporte des réponses à l’échelle territoriale pour lutter contre le dérèglement climatique », souligne Flavien Maroote, Chef de projet PCAET et référent du CTE au sein de l’Etablissement public territorial.

 

> Regarder unevidéo de présentation de Sud Paris Soleil

 

ico
ico